Général

La vigile de Pentecôte

VIGILES DE PENTECÔTE

(7 juin 2014)

Introduction aux textes :

Genèse 11,1-9

En écoutant le  récit de la tour de Babel nous pouvons nous poser la question : Pourquoi Dieu veut il détruire l’unité des fils de Noé? Pourquoi est est-il présenté comme celui qui sème la disharmonie dans un groupe humain qui a un but commun, en brouillant leur langage et en les dispersant sur toute la terre?

Comme première réponse nous poserons une autre question, qui sera le fil rouge des trois textes que nous allons lire, à partir de trois thèmes que nous retrouverons dans chacun des  textes : unité, écoute, but.

Nous nous poserons comme question pour chacun des textes : De quelle unité est-il question, à partir de quelle écoute, et dans quel but ?

Comme arrière fond de notre écoute de ce premier texte nous pouvons nous rappeler que le nom dans la bible, ne désigne pas seulement la personne mais révèle quelque chose de son être même, qu’il est donné par Dieu et reçu (Adam, Abraham Gn. 12,22)

Nous pouvons nous rappeler aussi au début de récit de la création, le commandement positif de Dieu donné  à l’homme,  de croître, se multiplier et remplir la terre.

Et comment son refus, sa « non écoute », entrainant un repli identitaire, « pour ne pas être dispersé ».

Ici, L’unité, positive en soi est ici  détournée de son but, au service de l’ambition humaine, dans la construction d’un monde sans Dieu, où seul l’homme est exalté. Nous savons ou cela peut conduire, à la dictature avec son cortège de souffrance et d’horreur.

L’unité de langage, au service de l’ambition humaine aboutit à la confusion en contre-point  au récit des Actes 2 où l’unique parole est comprise par chacun dans sa propre langue. C’est l’Esprit qui fait l’unité. C’est un don de Dieu. Et ce n’est pas une unité qui repliée sur soi mais qui disperse pour porter la bonne nouvelle, à partir de Jérusalem jusqu’aux extrémités de la terre.

 

Exode 19:1-20

Le texte de l’exode que nous allons entendre fait le récit du don de l’alliance entre Dieu et son peuple au Sinaï, après la sortie d’Egypte. C’est dans cette attente du don que le peuple devient « Un ». « Et Israël campa là », au singulier. Il y a appel et réponse en vue d’une mission.

Nous pouvons de nouveau écouter ce texte avec en arrière fond cette question :

De quelle unité est- il question, à partir de quelle écoute, et pour quel but ?

Nous retrouvons ici le « na a se » du récit de la tour de Babel, mais dans un tout autre sens :

« Nous ferons et nous écouterons ». Il n’est plus exaltation du moi collectif, mais réponse, qui suppose une écoute, à un choix et une mission, donné par Dieu, mission d’être porteur de la thora et témoin de la révélation de dieu qu’elle contient.

Nous pouvons avoir, en arrière fond de ce texte Acte 2. Dans le récit de la pentecôte, ce qui se passe au mont Sion, fait écho au Sinaï. Il est renouvellement de l’Alliance transfigurée par l’évènement de la Résurrection du Christ.

 

Joël 3 ; 1-5

Le texte de Joël que nous allons entendre, se situe dans la deuxième partie où Dieu réconforte son peuple en lui annonçant le Salut, dans une vision eschatologique du « Jour du Seigneur ».

Si nous posons une dernière fois la question ; de quelle unité est-il question, à partir de quelle écoute, et dans quel but ? Nous pouvons constater un déplacement.

L’emprise de l’Esprit, aux derniers jours est de plus en plus forte. C’est Lui qui fait tout en quelque sorte !

La connaissance de Dieu est intérieure (visions, prophéties). Elle est universelle et atteint « toute chair. » Comme dit Isaïe dans la vision du loup et de l’agneau paissant ensemble : « le pays sera rempli de la connaissance du Seigneur comme les eaux comblent la mer » Isaïe 12,9

Je voudrais terminer par ce commentaire de rabbi Haïm de Volozhin à propos du « don messianique des beaux yeux », en référence aux « beaux yeux de David dans Samuel. « Rabbi Haïm de Volozhin affirme qu’à l’époque du Messie, les enfants d’Israël retrouverons la clarté de vision qu’ils avaient atteintes au Sinaï. Aucune distraction ne viendra plus déformer leur vision, car ils « verront avec leurs oreilles», guidés uniquement par la Parole de dieu. Toutes la créature partagerons le don messianique des « beaux yeux et tous ensembles en seront témoins ; selon ce qu’a prédit le prophète : « La gloire du Seigneur va se révéler et toute la créature ensemble en seront témoins. C’est la bouche de Hashem qui le déclare ». (Isaïe 40,5) ; dans l’harmonie, sans dissensions ; dans la fraternité sans jalousie ni orgueil. Chaque créature reconnaitra le droit chemin qui lui est propre et ne s’immiscera dans celui d’aucun autre. » (La Bible commentée- Tehilim-introduction L-III)

Sr Marie-Luc et Kasia, NDS